Apétit Contactez-nous
Retour vers le blog

Le RECHO, REfuge, CHaleur et Optimisme !

En septembre dernier, la France s’est engagée à accueillir 24 000 réfugiés sur son territoire. Depuis le début de la crise, c’est 1,5 millions de migrants qui ont trouvé refuge en Europe où malheureusement les conditions d’accueil et de vie sont souvent désastreuses. Si la première urgence est de proposer à ces personnes des moyens de survie convenables, leur offrir des conditions de vie dignes est tout aussi important.

A ce titre, la cuisine est un vecteur de lien social fort, tourné vers la vie et la communauté, surtout en France. C’est aussi un moteur d’insertion : la restauration représente aujourd’hui plus de 200 000 emplois, dont 34 000 à pourvoir en cuisine en France. Autant de chances pour ces réfugiés de construire un avenir ici.

C’est pourquoi, une équipe de 10 femmes, cheffes et passionnées de cuisine touchées par cette crise sociale et humanitaire, a créé Le RECHO, une association qui crée du lien à travers des repas et ateliers de cuisine sur les camps de réfugiés.

Pour cela elles se sont fixé des objectifs clairs :

  • Servir entre 500 et 600 repas végétariens par jour. 
  • Animer tous les jours pendant 3 semaines des ateliers de cuisine pour créer un échange entre les cultures.  
  • Rassembler autour des repas, dans la convivialité  les habitants des environs et les réfugiés.  
  • Ouvrir l’horizon en initiant des formations professionnalisantes en cuisine.
  • Informer et éveiller à la réalité des camps en Europe

À partir du 15 août 2016, le RECHO s’installera sur le camp de la Linière à Grande-Synthe à bord d’un food-truck itinérant aménagé. Après la Linière, ils poursuivront en Belgique, en Allemagne et en Angleterre (année 2017-2018). Et peut-être à Paris si le camp prévu par Mme Hidalgo voit le jour.

Relier les humains et combattre la peur de l'autre à travers la cuisine, voilà la devise du RECHO, soutenons-les sur : https://www.helloasso.com/associations/le-recho/collectes/relier-les-humains-et-combattre-la-peur-de-l-autre-a-travers-la-cuisine